In Pages

Il arrive parfois à nos chers clients des déboires techniques que les prestataires informatiques que nous sommes ont du mal à imaginer qu’un tel résultat puisse se produire par simple maladresse, par accident, sans volonté de nuire à qui que ce soit. Au-delà de notre scepticisme congénital, qui nous fait douter des explications évasives bredouillées par l’auteur malheureux des faits, il faut reconnaitre que certains utilisateurs font preuve de beaucoup de talent et d’imagination pour se mettre dans des situations très inconfortables, pour ne pas dire dramatiques, pour eux, ou par la société pour laquelle il travaille.

En tant que professionnels, nous avons le devoir de prendre en compte de telles situations, sans jugement de valeur. Constater les faits, et apporter des solutions.

Dernièrement, l’un des associés d’une entreprise œuvrant dans l’immobilier pour laquelle nous avons développés un logiciel de gestion de biens, m’appelle pour me signaler la disparition soudaine de tout un ensemble de fichiers et de dossiers sur un disque partagé entre plusieurs collaborateurs. Je me connecte donc sur le serveur concerné, et je constate en effet qu’un dossier principal contenant des dizaines de sous-dossiers et quelques centaines de fichiers, à totalement disparu !

Pas de jugement de valeur donc, mais il faut reconnaitre que pour mettre dans la corbeille un dossier contenant au minimum un millier de fichiers sans le faire exprès est difficile à croire. Et pourtant ce collaborateur n’a aucun intérêt à nuire à cette société dans laquelle il est lui-même un des fondateurs. Une mauvaise manipulation totalement involontaire est, sans conteste, l’explication la plus probable.

Je dois préciser qu’il est possible d’anticiper des erreurs comme celles-ci. Il est en effet techniquement possible de limiter certains droits aux d’utilisateurs, comme l’effacement ou le déplacement de dossiers. Mais à la demande du client, l’entière liberté sur la manipulation des fichiers a été souhaitée par commodité.

J’ai exploré, dans le détail, le disque serveur pour voir si le dossier n’avait pas été déplacé par un glissement malheureux de la souris. Non, j’ai dû me rendre à l’évidence, plus aucune trace de ces fichiers. Il reste alors un dernier recours, remonter une sauvegarde de la veille. Ce qui a été fait, au grand soulagement de tous !

Je propose toujours à mes clients une sauvegarde automatisée, qui s’exécute de manière transparente, une ou plusieurs fois par jour, sur une machine indépendante, hors site physique, et chez un fournisseur cloud différent que le fournisseur cloud de la machine sauvegardée.

Pensez-y !

Recent Posts